Parmi les 16 activités économiques que le gouvernement a jugées comme fondamentales, dans l’article 3 (2) du Règlement Grand-Ducal du 18 mars 2020[2], la plupart sont opérés pas cette masse de non-nationaux, et certaines bien au-dessous de ce que c’est la déjà haute proportion de 3 sur 4 travailleurs pour l’ensemble d’économie : supermarchés et commerces, transports et entreposage, postes de vente de combustibles, nettoyage… Ceci ne veut dire qu’une chose, le fondement/base de l’économie luxembourgeoise est bien assuré par ces trois quarts électoralement silencieux des contribuables.

Ne me dis pas que tu ne me comprends pas
quand les jours tournent au vinaigre
ne me dis pas que tu ne t’es jamais senti
une force pour se développer sur vos doigts
et la colère monte entre tes dents
Ne me dis pas que tu ne me comprends pas

Il est impératif, au moins, et par respect pour les producteurs de 66% de la richesse de votre pays, que les services en ligne de RTL mentionnés ci-dessus commencent à transmettre des interprétations en direct des événements de communication concernant l’épidémie du coronavirus.

Mais le CNE n’est pas une ille. La même loi qu’a créé le CNE, dans son cadre actuelle, est celle qui donne naissance aux CCCIs. L’intégration des étrangers au niveau national ne peut pas se faire sans le niveau local. Pour accommoder les propositions d’inclure les CCCIs dans le CNE il va falloir réviser le cadre des premières.

La situation démographique et économique au Luxembourg n’est pas une conséquence inouïe mais bien le résultat des politiques très précises et volontaires mis en œuvre par des successifs gouvernements. Ces choix politiques ont des conséquences et sont génératrices d’engagements qu’il faut observer par la suite.

Ce n’est pas possible d’ignorer la réalité chronologique des faits qui on produit cette loi. Ni tant peu ignorer l’importance donnée à une étude que, visiblement, ne représente pas la réalité, en raison de la façon dont il était mis en œuvre.